English
Ouvrages
"Capitalisme et industries culturelles. 2ème édition", de Armel Huet, Jacques Ion, Alain Lefèbvre, Bernard Miège & René Peron (PUG, 1984)

Beaucoup font comme si la culture, toute la culture, n’était aujourd’hui que marchandise. En fait, dans le champ de la culture, il n’est pas si simple de placer et de rentabiliser des capitaux ; il faut tenir compte de conditions spécifiques.

A l’aide d’enquêtes menées dans plusieurs branches (la photo-cinéma d’amateur, le disque, les nouveaux produits audiovisuels, les estampes, etc.), les auteurs montrent d’abord qu’on ne peut analyser les produits culturels comme un tout indifférencié ; des distinctions, en effet, doivent être opérées, selon que ces produits peuvent être reproduits aisément ou non ; et selon qu’ils impliquent ou non la participation de travailleurs artistiques. Il en résulte des conditions de valorisation du capital très différentes et par conséquent des stratégies variables de la part des firmes, à l’échelon national ou international.

Dans cette perspective une attention tout particulière est accordée à la fonction d’édition ; c’est en effet par l’édition que la production intellectuelle ou artistique accède à la forme marchandise. Pourquoi aujourd’hui encore les artistes échappent-ils au salariat ? Est-il si évident que la majorité d’entre eux en tire avantage ? Par qui sont constitués les "viviers" de créateurs dans lesquels les éditeurs puisent régulièrement pour renouveler les genres ? Pourquoi le fait de disposer d’un catalogue étendu est-il un atout décisif pour les éditeurs… ?

D’autres aspects sont également mis en évidence et notamment : les transformations de la distribution et le rôle de l’Etat dans la formation/promotion de nouveaux marchés. Au total, une étude d’ensemble sur les moyens employés par le capitalisme pour rentabiliser à son profit la sphère des activités culturelles.

 

> Acheter l'ouvrage sur Amazon.fr, sur Fnac.com, sur Chapitre.com.

? OMIC 2004 - 2013
Powered by Custom Project